18.09.2019, 05:30

Mittwoch morgen mit Recrosio im Haut-Valais : Aletsch, le bruit, la dignité (5/8)

Premium
chargement
Vite avant qu'il ne disparaisse... (le glacier, pas Recrosio)

RAPPROCHER Pour son deuxième jour dans le Haut-Valais, Frédéric Recrosio a voulu voir par lui-même un glacier qui fond. Comme il ne voyage qu’en transport public, il a choisi Aletsch plutôt que le glacier du Rhône.

Les montagnes, on connaît.

Parfois, on ne voit même plus quand c’est joli. C’est mal fait. Alors ce qui aide, c’est de prendre le train Zermatt-Fiesch, qui a des vitres même au-dessus, et d’entendre les Asiatiques faire des «aah» et des «ooh» à chaque virage.

Parce que c’est vrai que c’est pas rien, les Alpes. En tout...

À lire aussi...

RAPPROCHERFrédéric Recrosio: «Le Haut-Valais, c’est comme le pop-corn» (intro 1/8)Frédéric Recrosio: «Le Haut-Valais, c’est comme le pop-corn» (intro 1/8)

RAPPROCHERDienstag morgen mit Recrosio im Haut-Valais: Ausserberg – Aïe, mes aïeuls ! (2/8)Dienstag morgen mit Recrosio im Haut-Valais: Ausserberg – Aïe, mes aïeuls ! (2/8)

RAPPROCHERDienstag mittag für Recrosio im Haut-Valais: du Cholera plein l’assiette (3/8)Dienstag mittag für Recrosio im Haut-Valais: du Cholera plein l’assiette (3/8)

RAPPROCHERDienstag nachmittag mit Recrosio im Haut-Valais: Pirmin, mon idole (4/8)Dienstag nachmittag mit Recrosio im Haut-Valais: Pirmin, mon idole (4/8)

Top