18.04.2019, 19:59

Grimisuat: le conseil communal autorise la construction de la Migros

chargement
Au lieu-dit Sussempy, le centre commercial d’un étage s'étalerait sur une surface au sol de 700 mètres carrés.

Politique Le Conseil communal de Grimisuat accepte le verdict des juges. Il ne recourra pas au Tribunal fédéral pour tenter de bloquer le projet de centre-commercial Migros.

Les journalistes ont été informés avant les promoteurs du projet. Il est 18h23 ce jeudi lorsque le vice-président de Grimisuat transmet un e-mail aux médias, dans lequel il indique que la commune «a décidé d’autoriser le centre commercial dans le quartier de Sussempy.»

Dans son message de quatre paragraphes, Frédéric Vuigner fait référence au projet de construction d’une Migros, porté par la famille Roux.
Sollicité pour une réaction, Jean-Claude, le père, ne cache pas sa surprise. «C’est la résurrection avant l’heure! Je pensais qu’ils iraient au Tribunal fédéral. Visiblement, se faire taper deux fois sur les doigts leur a suffi.»

 

C’est la résurrection avant l’heure! Je pensais qu’ils iraient au Tribunal fédéral.
Jean-Claude Roux, promoteur du projet

Projet disproportionné pour le Conseil...

L’affaire, plusieurs fois évoquée par «Le Nouvelliste», remonte à novembre 2017. A cette époque, un Conseil communal divisé refuse d’octroyer le permis de construire requis par la société Roux Invest SA. «Nous trouvions qu’un parking à ciel ouvert de 72 places susceptible d’accueillir 3 à 400 véhicules par jour n’était pas compatible avec une zone dévolue à la construction de villas», écrit aujourd’hui Frédéric Vuigner.

A lire aussi : Bras de fer autour de l’implantation d’un deuxième centre commercial à Grimisuat: l’Etat du Valais désavoue le Conseil communal

Comme la présidente de la commune Géraldine Marchand-Balet, il n’a pas retourné nos appels. Mais ajoute dans son e-mail: «Nous estimions qu’un centre commercial de l’envergure projetée (700 m2) n’était pas assimilable à une petite à moyenne entreprise artisanale compatible avec la zone mixte au sens du règlement communal des constructions.»

...pas pour les juges

Saisi d’un recours, le Conseil d’Etat avait, lui, constaté que la décision de Grimisuat violait la liberté économique garantie par la Constitution fédérale, et s’écartait sans raison des préavis positifs des Services cantonaux compétents.

Grimisuat avait recouru auprès du Tribunal cantonal. Au début du mois, les juges ont, eux aussi, désavoué la municipalité. En ne recourant pas au Tribunal fédéral, celle-ci met fin à un long feuilleton politico-juridique, très commenté dans le village du coteau de Sion.

A lire aussi : Migros de Grimisuat: le Tribunal cantonal désavoue la commune
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PolitiqueImplantation d’une Migros à Grimisuat: le Conseil communal refuse d’indiquer s’il fera recours auprès du Tribunal cantonalImplantation d’une Migros à Grimisuat: le Conseil communal refuse d’indiquer s’il fera recours auprès du Tribunal cantonal

Top